Bleau

Publié le par Guillaume

Une grande forêt. Des arbres. Du sable. De la boue, aussi. Des fougères. De la bruyère, selon la saison. Et, ça et là, des rochers. Gros galets de sable figés par quelques processus géologique, comme déposés en bouquets, par une main géante au milieu des arbres. Forêt de Fontainebleau, au sud de Paris. Bleau pour les intimes. Paradis des grimpeurs parisiens depuis toujours. La mecque de l'escalade dans la région. Même des étrangers hantent les rochers. Ça parle anglais au détour de certains blocs. À Bleau, pour grimper, une simple paire de chaussons suffit. Et le tapis-brosse. Et le chiffon, pour s'essuyer les pieds avant de monter sur le tapis, préalablement soigneusement disposé au bas de la voie. C'est ainsi qu'à Bleau le passant qui passe, promeneur du dimanche s'il en est, croise une faune, pour le moins curieuse, qui erre le nez au vent, scrutant minutieusement les rochers. Cherchant la prochaine petite flèche orange. Ou jaune. Ou bleu. Voire rouge. Des pistes de grès.

 

 

D'autres énergumènes se baladent un gros tapis sur le dos. On pourrait croire qu'ils promènent leur matelat, peut-être pour piquer un somme au milieu des bois. Mais non, c'est leur crash-pad, non pas une piste d'atterrissage pour ovnis, mais plutôt une piste d'atterrissage pour grimpeur brusquement rappelé à la dure réalité de la pesanteur. Pas de corde, donc. Ni de baudrier. Pas d'assurage. Reste le crash-pad en cas de chute impromptue. Il y en a pour tous les goûts, depuis le débutant jusqu'au grimpeur super fort machin-chose. Il y a ceux qui butinent à droite à gauche, un peu de jaune ici, une petite orange là, une tentative dans le bleu là-bas... Il y a les consciencieux qui démarrent un circuit du numéro un et ne s'arrêtent qu'en atteignant l'ultime bloc, le numéro trente-douze. Il y a les acharnés qui débarquent avec leur crash-pad sur le dos, s'intallent sur une voie, et l'essayent et la réessayent, cherchent le bon mouvement qui leur permettra, au final, de passer. Souvent ceux-là amènent leur petite amie qui a ainsi le bonheur de faire le pied de grue entre deux rochers, avec un magazine de mots fléchés, en attendant que leur homme daigne, enfin, se fatiguer. Farniente au milieu des bois.

 

 

Les diverses tentatives sont ponctués de cinglant « Et meeerdeu ! ». Ils prennent la chose très à cœur, les acharnés. Quant aux autres, ils s'échappent le temps d'un jour de la ville. Grimper est un bel objectif. Joindre l'utile à l'agréable. Mais à Bleau, on peut flâner autrement que sur les blocs...

 


 


Publié dans paris

Commenter cet article

Dolce 07/11/2005 22:53

Je ne connais pas le coin mais ca m'a l'air bien sympatique. Mon copain m'en avait deja parle, mais, evidemment, surtout pour l'escalade !!

menthol 07/11/2005 21:22

merci pour ces belles photos. un vrai plaisir. voilà

matthieu 03/11/2005 21:50

A priorie (d'après les commentaires) il faut que tu mette plus souvent des photos !
surtout qu'elles sont bien sympa.

claire 02/11/2005 20:03

tes photos font oublier Paris.
bisous

civetta 02/11/2005 17:59

c'est joli! on dirait presque le Cantal!!!