Le Cirque de Gens

Publié le par Guillaume

Chauzon, Ardèche. Un petit village de belles pierres blotti dans le sein d'une colline, juste au bord de l'Ardèche. Derrière la colline, bien cachée pour le promeneur profane, une immense falaise en arc de cercle qui repose dans un méandre de la rivière, le « Cirque de Gens ». Pas très haute, une cinquantaine de mètres tout au plus, mais très très longue... L'approche est rapide, on a l'impression de pénétrer dans un immense sanctuaire. De fait la tranquilité du lieu, simplement dérangée de temps à autre par les exclamations entousiastes des kayakistes, là-bas, au fil de l'eau, pourrait parfaitement convenir à la méditation. De fait, loin des fureurs citadines qu'il a fui le temps d'un week-end, le grimpeur médite : « Là, ce 6a, ça le fait, où ça le fait pas ? ». L'endroit n'offre pas ses beautés au premier venu. Un sentier longe la muraille de calcaire à son pied. Des voies d'escalade à perte de vue, d'une seule longueur - et c'est dommage - l'équipement s'arrêtant bien avant le sommet. Mais du relais, attaché à son clou, le grimpeur peut jeter un regard circulaire, et... la vue est grandiose ! L'Ardèche coule lentement, couleur verre bouteille, se love tranquillement dans la forêt qui l'entoure, contourne un autre bout de falaise, sauvage, dans le creux du méandre, et disparaît à la vue dans le lointain...

On grimpe sur des ammonites, il y en a partout. Des fossiles ça et là. Il y a bien longtemps des escargots géants se baladaient au fond d'une mer aujourd'hui disparue. L'animal s'est retrouvé pétrifié, enfoui, et la rivière l'a patiemment remis à jour. Le grimpeur contemple ces merveilles du passé avec une certaine émotion. Et le long du sentier, une créature bien vivante, champignon de son état, Clathrus Ruber nous dira sans hésitation le collègue mycologue.

 

 

Des voies très dures pour la plupart, mais le novice que je suis à quand même réussi à trouver son bonheur dans quelques jolis 5b/5c, puis dans une poignée de 6a qui m'ont proprement achevé. Y compris un superbe 6a+ superbe dièdre avec une belle fissure, tout en dulfer, mais en second quand même. Le pas surplombant de sortie m'a arraché quelques onomatopées que la décence m'interdit tout simplement de reporter ici. Orientée plein sud, nous aurions pu être au Soleil si celui-ci avait vraiment voulu briller. En tout cas, la pluie ne nous dérangea pas dans nos petites activités arachéennes, et la grisaille eut l'avantage de produire des éclairages variés de toute beauté. L'appareil photo attaché au baudrier, ça a mitraillé dans le cirque ! En plus, il n'y avait que nous. Presque. Le groupe de grimpeur le plus proche était tellement loin que l'on se croyait tout seul. La nature à l'état sauvage...

 


 

Publié dans montagne

Commenter cet article

My 14/11/2005 16:18

Ahh l'Ardèche en kayak ! Vu d'en bas, c'est pas mal aussi... :]