La marche de l'empereur

Publié le par Guillaume

Attente. Piétinement statique. Sur-place. Patience. La foule, telle une nappe de molécules amphiphiles à la surface de l'eau, se trouve les pieds rivés au sol, la tête humant l'air vicié du dessus, tant bien que mal. Le regard figé. Figé sur l'écran qui distille des tremblotements verdâtres. Rien que les interminables tressaillements du tube cathodique. Et rien d'autre. La foule patiente. Calmement. Immobile. Silencieuse.

Et puis une voix sort de quelque outre-tombe pour annoncer d'un ton métallique l'information que tous attendaient. Patiemment. Les regards s'affolent lentement, les nez se lèvent alors. Et puis, après un temps de relaxation qui dura quelques secondes, le temps de reprendre ses esprits, le temps de reprendre ses repères, le temps poursuivit son œuvre. Il s'écoulait à nouveau. La nappe humaine entreprit de s'écouler à son tour. Doucement. Avec viscosité. Le fluide se dirigeait vers un point précis, goulot d'étranglement, entonnoir. Les gens se mouvaient. Tous. D'un seul bloc. Polymérisation humaine. Collectivité.

L'individu que j'étais dans le flux et le reflux de cette marée ne pouvait que suivre l'ensemble. À petits pas. Les pieds écartés pour garder un semblant de digne équilibre. Centimètre par centimètre, cahin-caha, je gagnais du terrain, tout comme mes plus proches voisins. Degrés de liberté réduits à néant. Je me voyais depuis l'extérieur de ce fluide bidimentionnel, créature anonyme, mais colorée ; masse en mouvement de petits pas, un pied sur l'autre. Au ralenti. Danse des canards. Marche de l'empereur... ?

Publié dans histoires

Commenter cet article

Cassandre 22/11/2007 02:53

ça a l'air vachement joyeux les grèves par chez toi.... ici, ils ont voté la reprise des cours... reste à voir si ça va tenir et si les "irréductibles" ne vont pas s'en mêler comme jeudi dernier....Bon courage, t'as pas de bol, entre la fac, les transports... et le reste... vi, bon courage !

Guillaume 22/11/2007 09:15

Oui, on s'amuse comme on peut ! Des manchots a Montparnasse...A Paris 7, on a pu faire cours hier, puis j'ai appris que les etudiants avaient vote le blocage a nouveau... Mais j'arrive a sortir de ma banlieue profonde et lointaine pour aller faire cours, et j'arrive meme a y revenir...

mathieu 21/11/2007 20:58

tu à oublié la fin ou t'est mure pour le format des blog !-)

Guillaume 22/11/2007 09:10

C'est une fin "dont vous etes le heros"... Mais c'est clair que bientot je vais pouvoir me mettre a blogguer normalement, si je continue comme ca :-)