Les sacro-saintes apparences

Publié le par Guillaume

Parfois je me demande si je n'ai pas choisi ce métier (chercheur) et ce domaine (la physique et l'astrophysique) uniquement pour avoir la liberté de me fringuer comme je voulais. Parce que c'est le cas. Dans ce milieu, tout le monde, ou presque, s'habille de manière simple. Et pas seulement aux États-Unis. Même en France. À quelques exceptions près, bien entendu, il faut toujours des exceptions. Ainsi, je n'ai jamais mis de costard, encore moins de cravate. Mes chefs non plus. Même les directeurs machin-choses. S'il s'en trouve un qui, un jour, exceptionnel par essence, pour quelque rendez-vous avec quelque VIP, se retrouve « pingouinisé », la nouvelle se répand aussitôt comme une traînée de poudre, comme le truc à ne pas rater ! C'est comme les souliers vernis qui font mal aux pieds, je ne connais pas. Et je crois profondément aux vertus de la gravité en terme de repassage. De fait, je n'ai pas de fer à repasser.

Quoiqu'il en soit, je trouve stupide cette manie à la française qui veut qu'un costard bien cravaté (ou un tailleur bien taillé) et une chemise bien boutonnée soient le reflet de la compétence du bonhomme. Qui plus est, on peut être très élégant en jeans/T-shirt/baskets, et très à côté de ses pompes en costard... Surtout, surtout, on peut être très très compétent en jeans et très très incompétent taillé à quatre épingles. Mais non, dans certains secteurs, si la cravate n'est pas bien serrée (aux risques et périls du porteur de la-dite cravate, qui risque l'étouffement à chaque déglutition salivaire), cela veut forcément dire que l'on est incompétent. En plus ces costards/tailleurs sans couleurs, gris-noirs pour la plupart, sont d'une effarante tristesse. Quel système d'une rigidité effrayante ! Quel étroitesse d'esprit !

Publié dans grandes questions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Phaetel 28/06/2007 15:44

C'est un peu comme tout il suffit de creuser un peu la matiere pour y voir une infinité de nuances. Les costards se distinguent de dizaines de façons.
Et de mon point de vue un costume impose a son porteur et a son interlocuteur un ton relativement solenel. De plus il contribue a separer plus facilement la vie-travail de la vie-loisir, ce qui permet pour certain un certain équilibre psychologique. Et oui c'est profondement regrettable mais tout le monde ne s'éclate pas à son travail.

Ariane 23/03/2006 11:13

ah c'est marrant ça. Moi aussi je vis ça au quotidien, les chefs, petits-chefs et aspirants-chefs qui y vont tous de la cravate et du veston. Ou, quand ils veulent se la jouer "libéré", ils portent chemise ouverte ou pull mais Lacoste quand même. Je suis explosée de rire à les voir se déguiser comme ça.Cette semaine, le grand grand chef (also named le gros con) me croise pendant la pause de midi en débardeur (sous la véranda, le soleil tapait dur lundi), et il me dit "surtout ne bouger pas, je vous apporte la piscine !". Ben tiens, je n'ai pas l'intention de bouger, je m'habille comme je veux pendant les pauses encore...J'adore mettre des tshirts rigolos, avec des ours, des vaches, ou des p'tits chats dans les réunions importantes, car je maitrise très bien mon sujet et je méprise tout ce qui reste apparence et artifice.