Bin-jip, La casa vuota ou encore Locataires...

Publié le

Je l'ai vu en décembre dernier ici, à Padoue. Il vient de sortir en France, la semaine dernière. Un film extraordinaire : de "Bin-jip" (Ferro 3 - La casa vuota pour la version italienne et Locataires pour la version française) du sud-coreen Kim Ki-duk. Le film m'avait attiré d'abord parce qu'il n'y avait rien d'autre de regardable à l'affiche à l'époque. La période de Noël est vraiment synonyme de vide cinématographique. En France également, si mes souvenirs sont exacts. Et ensuite parce que j'avais vu un autre film de Kim Ki-duk peu de temps auparavant, "Printemps, été, automne, hiver et... printemps", que j'avais adoré : un film sur l'initiation à la vie, ou comment devenir un homme. Le tout dans un décor naturel à couper le souffle, un lac au milieu d'une forêt enchanteresse... Peu d'acteurs, peu de dialogues, tout est dans le mouvement, le regard. D'ailleurs je viens de m'offrir le DVD...

On retrouve cette signature dans ce nouveau film : peu d'acteurs, même si cette fois-ci ça se passe en ville. Très peu de dialogues : le personnage principal ne dit pas un seul mot. La femme n'en dira que deux, vers la fin : "Je t'aime". Je ne fus donc pas particulièrement gêné par le doublage en italien ! Là encore, tout est dans l'image : c'est un film qui se regarde. Le mouvement des acteurs, leur regard. Et tout est dit, inutile de rajouter du verbiage...

Un superbe film d'amour, histoire d'un homme qui fait tout pour disparaître aux yeux des autres - devenir invisible, et qui par la même, aide une femme a reparaître dans la vie. Un homme qui vit dans les maisons des autres, quand ils ne sont pas là. Il vit, mais sans bruit, sans laisser trace de sa présence, presque pas. Parfois il répare ici une balance, ici une chaîne hi-fi, là une pendule. Dans une de ces maisons, il trouve une femme. Une femme battue par son mari. Le mari est absent. Cette femme va revivre après cette apparition. Une rencontre muette.

Certains trouveront que c'est un film un peu lent, moi je suis resté plongé dedans, chaque séquence m'émerveillant un peu plus que la précédente. Pour aboutir sur l'image finale tout à fait extraordinaire. J'adore les belles images, et c'en est gorgé. La musique est utilisée avec parcimonie pour souligner la sensualite de l'instant... Un de ces films où l'on se sent vivre en sortant du ciné. Un film bon, un film gentil, un film d'amour. Qui plus est, tout est d'une grande originalité, m'a-t-il semblé (encore que ma culture cinématographique soit loin d'être particulièrement étendue). Le scénario, en tout cas, l'est, lui original. Je pense.

Ce film a obtenu le Lion d'Argent - Prix de la mise en scène à la Mostra de Venise 2004.

Publié dans cinéma

Commenter cet article