Mais qu'est-ce qu'ils ont tous ?

Publié le par Guillaume

Me serais-je donc trompé d'époque à naître en cette fin de vingtième siècle ? À moins que je ne me sois trompé de planète. Parce que j'en crois de moins en moins mes yeux et mes oreilles : mes concitoyens deviennent fou ! Serait-ce le premier effet - inattendu - du réchauffement : le ramollissement du cerveau de certaines personnes ? Ou bien vivrait-on seulement l'époque la plus débile qui soit ? Si tel est le cas, faites qu'elle se termine rapidement, alors ! Si ça vient du réchauffement, je vais m'exiler sur l'ex-planète Pluton, il y fait plus frais.

Parce que ces belles et superbes montagnes, que nous ont-elles fait, pour que l'on s'acharne à en détruire l'harmonie avec autant de soin et de méthode ? Pour vouloir à ce point anéantir leur caractère sauvage qui fait justement leur singularité ? Ne sont-elles pas suffisamment superbes et majestueuses à l'état pur pour que l'on veuille les coiffer de chapeaux ridicules ?

Et les Suisses, que je croyais pourtant de braves écolos sans danger (quoique j'ai eu quelques doutes à ce sujet quand ils ont commencé à recouvrir leurs glaciers de manteaux de PVC...), s'en vont coiffer le Petit Cervin d'une tour de 117 mètres. Évidemment, comme ça, ça fait petit joueur, le « Petit » Cervin, c'est ridicule ! C'est sur le « Grand » Cervin lui-même, qu'ils devraient planter leur obélisque. Pardon, leur Tour Eiffel, dixit eux-même. Et puis franchement, 117 mètres, un petit pylône, qui ne dépassera pas la notre de Tour Eiffel. Moi j'aurais fait un truc de 325 mètres. Plutôt 350 mètres, pour avoir un peu de marge. Tout ça avec un hotel pressurisé pour ne pas rendre malade ces chers touristes. Non. Ce qu'il faudrait c'est une piscine, avec plage de sable, et lampes bronzantes : la mer à la montagne, deux vacances en une, ça ce serait le concept innovateur !

Pourquoi vouloir les parer de toujours plus de pylônes, ces belles montagnes ? Pourquoi vouloir agrandir des stations de ski et enlaidir de cette manière des pans de montagne entier ? Les promoteurs et bétonneurs de tout poil, après s'être calmés dans les années 90, reviennent à la charge, paradoxalement. Agrandir des stations de ski dont la fréquentation stagne ou baisse. Pourtant le chiffre d'affaire des stations ne cesse d'augmenter. Cherchez l'erreur ! Mais l'enneigement, lui, se fait moindre. Du coup on installe des canons à neige, on produit de la neige de culture, ce qui consomme de l'énergie en veux-tu en voilà (parfois en pure perte, comme en ce moment : les réserves faites par les stations sont en train de fondre...), et monopolise des ressources en eau hallucinantes. La montagne se pare de ces canons, un tous les cinquante mètres, qui la rendent, finalement, peut-être plus humaine, moins sauvage, assurément, plus citadine, sûrement. On déforeste à tour de buldozer, pour creuser ces superbes piscines, réserves d'eau nécessaire pour faire de la neige. Indépendemment de toute considération d'esthétisme (chose purement subjective, comme chacun sait) voire écologique (pas crédible, comme chacun sait), la demande touristique est ailleurs (et la vérité, aussi, sûrement, d'ailleurs), à en croire le ministère du Tourisme lui-même. Il suffit de regarder la croissance exponentielle de la pratique de la raquette à neige, par exemple, et la baisse de fréquentation des stations de ski pour s'en convaincre...

Et malgré ça, on voit une fleuraison de projets plus débiles les uns que les autres. Amenons donc la ville en montagne, pendant qu'on y est ! Des télésièges chauffants, de la musique sur les pistes (parce que le bruit de la neige qui tombe, wouhaou, quel silence, ça fait peur !), des kilomètres de pistes supplémentaires pour lécher les bottes du Club Med. Sous les edelweiss, la plage.

Il y a aussi, entre autre, le projet de construction d'un nouveau téléski dans la petite station de Crévoux dans les Hautes-Alpes, qui devient réalité. Ce dossier-là, je le connais assez bien. Je l'ai lu lorsqu'il était en libre consultation à la mairie de Crévoux au printemps dernier. Ce faisant, je me suis rendu compte assez vite que malgré les beaux discours - ils ont (absolument) tout mis en œuvre pour que les skieurs ne dérangent pas les tétras lyre en hibernation (sic !) - et malgré les retombées économiques attendues sur la commune de Crévoux, ce téléski ne servira à rien, puisque le gros point noir de la station actuellement c'est le goulot d'étranglement créé par l'unique et vieux téleski permettant d'accéder à la partie haute. Se situant dans la partie supérieure, le nouveau téleski ne résoudra pas du tout le problème, voire même l'accentuera. Un développement intelligent de la station aurait été d'utiliser le financement (par la gloutonne voisine, Vars, Crévoux ne déboursant pas un centime), pour moderniser l'existant, éventuellement le remplacer par un télésiège permettant de porter les skieurs en haut en cas d'enneigement déficitaire en bas, ce qui est de plus en plus fréquent. Mais visiblement le préfet de la région PACA a lu le dossier en diagonale avant de l'approuver, malgré environ 80 lettres de protestation que nous avions joint au dossier UTN (Unité Touristique Nouvelle). Un pan de montagne sacrifié sur l'autel de l'or blanc, et ça, probablement pour rien. Sauf qu'officieusement, Vars lorgne sur Crévoux, sa voisine, la prochaine étape sera la destruction du vallon qui se trouve sous la crête de l'Eyssina. Superbe vallon sauvage, pfffit, envolé ! Et puis après, pourquoi pas, un parking sur le plateau de la Chalp, cette superbe vallée qui abrite une belle station de ski de fond... À quoi ça sert ?

C'est beau la démocratie. C'est beau le développement durable. Vive le paradoxe ambiant !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

littlegeek 23/11/2006 23:16

Le but n'est pas de produire des choses utiles en utilisant intelligemment l'argent publique ou privée. NON ! le but est d'avoir le marché pour toucher sa prime de fin d'année, sa commission ou le pot de vin - voir les trois, de justifier son salaire, de montrer à son chef qu'on est le meilleur parce qu'on a le plus gros projet, de dire "c'est moi qui est penser/conçu/imaginer tout ça" ....  C'est du raisonnement égoïste à court terme, rien de plus.Et surtout, ne pas oublier que l'argent n'a pas d'odeur...

Guillaume 24/11/2006 08:11

Peut-etre... Meme si j'ose esperer qu'il n'en est pas de meme partout... Et que notre societe ne fonctionne pas uniquement la-dessus... Ceci etant le raisonnement a court terme, ca c'est tres "politique", et c'est malheureusement tres vrai. Comment faire pour que ceux qui nous dirigent se sentent concernes au-dela des echeances electorales ?

My 23/11/2006 16:15

"Vive le paradoxe ambiant", ça c'est un truc que je dis au moins trois fois par jour, plus si je lis les journaux ou si je regarde la télé... mais on est bêtes aussi de vouloir s'informer.

Guillaume 22/11/2006 16:36

Ben oui, je sais, je suis parfois d'une deconcertante naivete...

Cassandre 22/11/2006 12:11

Mazette... plus ça va .. et moins ça va bien justement.
Mais il n\\\'est pas nouveau que les politiques ne comprennent rien à un projet... qu\\\'il l\\\'ai lu en diagonale, et je serais étonnée, pas lu du tout serait sûrement plus juste... ce genre de choses malheureusement se règle autour d\\\'un déjeuner, et si l\\\'entrepreneur est une bonne pipelette l\\\'affaire est dans le sac... voilà tout.
Faut pas croire qu\\\'ils s\\\'embêtent à lire..