Apophis, la solution au réchauffement climatique ?

Publié le par Guillaume

Si l'on connait les effets pervers du gaz carbonique que nous rejetons à outrance dans notre atmosphère — effet de serre accru, d'où réchauffement de la biosphère —, il existe un « antidote », les aérosols. Les aérosols sont de fines particules, des poussières, en suspension dans l'atmosphère. Il existe deux sortes d'aérosols, d'une part ceux qui réfléchissent la lumière incidente (composées de sulfates, par exemple), provoquant ainsi un réfroidissement des couches d'atmosphère qui les contiennent et par conséquent des couches sous-jacentes. D'autre part les aérosols absorbant le rayonnement incident, comme les particules de carbone ou de silicate. Ceux-ci réchauffent les couches d'atmosphère qui les contiennent mais en bloquant le passage des rayons solaires, refroidissent ainsi les couches sous-jacentes. Ensuite tout dépend de l'altitude de la couche poussiéreuse : si ces aérosols sont dans les basses couches de la troposphère (c'est-à-dire au ras des pâquerettes), l'effet est a peu près identique au gaz carbonique. C'est pourquoi il est inutile de remplacer votre moteur de voiture par un moteur diesel, celui-ci rejetant pas mal de particules de carbones dans les basses couches atmosphériques, le résultat n'est pas particulièrement indiqué ! En revanche si ces aérosols sont en altitude (dans la stratosphère typiquement), ils induisent un refroidissement à la surface.

Ainsi l'éruption du Pinatubo en 1991 injecta 17 millions de tonnes de dioxide de souffre dans l'atmosphère, qui alla se stabiliser graduellement dans la stratosphère, réchauffant celle-ci de plusieurs degrés, mais réduisant la température globale de l'hémisphère nord de 0.5-0.6 °C pendant deux à trois années. D'ailleurs le prix Nobel de chimie Paul Crutzen propose d'enrayer le réchauffement planétaire en injectant au moins un million de tonnes de souffre dans la stratosphère...

Une autre solution, plus radicale, je le reconnais, serait qu'un astéroïde d'environ un kilomètre de diamètre heurte la planète, impact qui pulvériserait une énorme quantité de poussières dans l'atmosphère, et aurait le mérite d'obscurcir le rayonnement solaire incident, et donc de faire baisser la température dans les basses couches où nous vivons. Évidemment, il faudrait choisir notre astéroïde kamikaze soigneusement : trop gros, il risquerait de trop abîmer la planète ; trop petit, il serait inefficace. Reste encore à en trouver un susceptible de heurter la Terre à brève échéance.

En fait il existe, figurez-vous. Son petit nom ? Apophis, comme le dieu égyptien qui cherchait à anéantir la création divine, ou encore 2004MN4 pour les intimes. Cet astéroïde d'environ 320 mètres de diamètre, a été découvert en 2004, il passera très très prés de la Terre le vendredi 13 — ça ne s'invente pas ! — avril 2029. Bon, je vous rassure, a priori Apophis passera à 32 000 kilomètres de chez nous. Néanmoins, ça reste très proche, puisque en-deça de l'orbite des satellites géostationnaires ! Il suffirait de peu de choses pour qu'il ne rate pas sa cible... Un impact avec la Terre aurait des conséquences assez cataclysmiques au sol, comme de pulvériser une mégapole ou de créer, plus probablement, un gigantesque tsnunami qui irait chatouiller toutes les côtes autour d'un océan. Avec un peu de chance un tel choc enverrait suffisamment d'aérosols dans l'atmosphère pour contrecarrer nos bêtises présentes, passées et futures... Même si je dois reconnaître que la taille est probablement trop faible pour que l'impact ait un effet global. Ainsi l'astéroïde susceptible d'avoir provoqué l'extinction des dinosaures aurait eu un diamétre de dix kilomètres... Il faudrait un juste milieu !

Comme quoi, les articles de La Recherche, ça fait cogiter !


Source : « L'astéroïde qui nous menace » par Daniel D. Durda dans La Recherche, février 2007.

Publié dans grandes questions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

matthieu 01/03/2007 22:23

Ils les donnent vraiment à n'importe qui ces prix nobels !
Il n'y à pas besoins de prix nobel ou de diplome bien consequent pour moins consommé. Et ça ces la seul solution valable à lomgs terme.

Guillaume 02/03/2007 00:25

Un prix Nobel, certes non, mais un petit asteroide, ca oui !Car s'il etait trop tard ? Si les previsions du GIEC etaient trop optimistes ? Reponse en 2029...