Dilemme

Publié le par Guillaume

Je suis arrivé à réduire mes voyages professionnels en avion à moins de un par an. C'est assez simple, en fait, il me suffit de limiter mes participations à des colloques accessibles en train, donc sur le territoire ou à proximité, ce qui ne m'est pas une contrainte très forte, puisque aller faire le zouave dans les colloques et autres conférences de la profession, n'est pas ce qui me passionne le plus dans la-dite profession. En plus, j'ai pris l'avion suffisamment quand j'étais en thèse, puis quand j'étais aux États-Unis, j'ai erré pendant des heures et des heures dans nombre d'aéroports dans l'attente d'une correspondance. Je suis blasé. Prendre l'avion n'est finalement pas très rigolo. Alors...

En revanche, je m'apprête à faire quelquechose dont je n'avais pas vraiment l'habitude : prendre l'avion pour aller en vacances. Départ demain soir pour Mineral'nyye Vody, en Russie, à proximité de la chaîne montagneuse du Caucase, via Moscou. Pour aller skier dans les vastes espaces enneigés du Caucase.

La dernière fois que j'ai pris l'avion pour des vacances, c'était en 2000 pour aller au Québec, et à l'époque le réchauffement climatique n'était pas encore dans l'air du temps. La pollution au gaz carbonique non plus. Aujourd'hui si. Que faire ? Renoncer à mon voyage ? Autre solution : la « compensation carbone ». Payer une sorte de taxe proportionnelle à la quantité de CO2 rejetée lors du voyage en question. Plusieurs site web proposent une telle action. J'ai voulu commencer par Action Carbone, créé par Yann Arthus-Bertrand qui voulait se donner bonne conscience dans sa démarche pour la défense de l'environnement tout en utilisant des avions et des hélicos pour faire ses fameuses photos. Sauf qu'il m'est impossible d'accéder à ce site : le superbe design tip-top fait planter mon navigateur, pourtant pas si obsolète que ça... C'est idiot... Bon. Re-Google, et je tombe sur CO2 solidaire, au design sobre, qui fonctionne au poil. Là je peux calculer la quantité de CO2 émise par mon voyage : Paris-Moscou, 2495 km, soit en aller-retour, 1.37 tonnes d'équivalent CO2. Compensation demandée : 33 euros. Là je me dis, tiens, c'est pas énorme, du coup je vais payer ma taxe de pollution. Si ça avait été dix fois plus, ben, j'aurais hésité, hésité... Droit de polluer.

Certes l'idée est belle. Mais n'est-elle pas perverse ? Les riches auraient-ils ainsi plus le droit de polluer (et d'aller en vacances à l'autre bout du monde) que les pauvres ? Et puis on peut aussi se demander pourquoi aller en vacances dans la Creuse, quand on peut aller au Caucase et payer pour la pollution engendrée, et avoir ainsi la conscience tranquille ? Cette « compensation carbone » aurait ainsi l'effet contraire à un développement durable. Bien évidemment c'est mieux que rien. Mais ai-je encore le droit d'aller skier dans le Caucase, à l'heure actuelle ? Cela ne va pas vraiment dans le sens des changements de comportement que le réchauffement climatique appelle à cor et à cri...

Hum... Je vais réfléchir à tout ça pendant le vol !

Publié dans voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cassandre 05/04/2007 10:23

Hum... je comprends ton dilemme mais en même temps... comment dire, on va pas se priver de partir à la découverte du monde... si par ailleurs on est prudent et qu'on prend le train plus que d'autres mode de transport, ma foi pour les destinations vraiment lointaine, il ne faut pas hésiter...Enfin, ce n'est que mon humble avis.. et l'avion me semble moins pollueur qu'un navire par exemple...Mais je peux me tromper...

Guillaume 05/04/2007 13:19

Et bien un avion rejette autant de CO2 que si chacun des passagers prenait sa voiture pour effectuer le meme trajet. En fait c'est le moyen de transport le plus polluant.Sinon, sur le site CO2 solidaire, on peut calculer la quantite de CO2 rejettee sur un trajet donne, soit en avion, soit en voiture. Exemple, pour un Paris-Marseille, soit 662 km, en avion, chaque passager rejete 0.19 tonne de CO2, en voiture, on rejette 0.10 tonne sur le meme trajet. " Faut pas hesiter sur les destinations lointaines ", je crois que si, justement, il faut hesiter... Et eviter au maximum...

civetta 05/04/2007 10:22

au lieu de nous faire payer pour ça, on ferait mieux de rendre toutes les villes aux vélos. Les Amstellodamois l'ont bien fait, ça roule nickel, et c'est des européens comme vous et moi. Et alors là, oui, on diminuerait la pollution. La preuve: c'est depuis que les Chinois abandonnent peu à peu le velo (ou en tout cas, sont de + en + nombreux à opter pour la voiture) que tout foire encore plus!

Guillaume 05/04/2007 13:21

La, je suis d'accord avec toi a 100 % ! Paris a velo, Paris a velo !!!Ceci etant, il ne faut pas non rejeter toute la faute sur les chinois : ce n'est pas a cause d'eux que le rechauffement s'accelere !