Commenter ou ne pas commenter ?

Publié le par Guillaume

Cher visiteur et, je l'espère, lecteur,

Tu — nous sommes entre nous, n'est-ce pas ? Je me permets donc de te tutoyer ; d'ailleurs, à ce propos, je dois être le seul enseignant que je connaisse à tutoyer les étudiants, ce qui me pose parfois des problèmes de conscience, mais ceci est une autre histoire ! — fais parti de la centaine de lecteurs, en moyenne, qui visite quotidiennement ce blog, et pourtant tu laisses si peu de traces de ton passage ! L'occasion t'es donnée de pouvoir agir ou tout au moins interagir avec l'auteur, mais tu sembles ne pas vouloir en profiter.

Parfois, souvent, j'aimerais savoir ce que tu penses de ce que j'écris, mais non, la case « commentaires » reste désespérement vide. Ou presque.

Parce que un article sans commentaire, finalement, c'est un peu un orphelin de la blogosphère.

Je m'imaginais un blog comme un lieu d'échanges, de débats passionnés, mais je n'ai pas réussi à provoquer une telle chose... Même si parfois tu te jettes à l'eau, et laisses une petite bafouille, timidement peut-être (un grand grand merci à la poignée de courageux ! Si, si, on a beau dire que pfeu, de toute façon, on s'en fout, commentaire ou pas commentaire, on écrira envers et contre tout, mais si quand même, ça fait plaisir. Ego satisfait). D'ailleurs je m'efforce de répondre, toujours. Comme je ne croule pas (encore) sous les messages, je gère. Mais ne me dis pas que mes écrits, parfois (souvent) provocateurs, te laissent de marbre !

Je conçois néanmoins la difficulté de lecture de mon blog, pas de fil directeur, pas de thème précis, seul l'éclectisme guide la plume, où des récits côtoient des coups de gueule ! Beaucoup de textes, parfois (souvent) longs, peu d'images. C'est d'ailleurs un choix délibéré : je ne souhaite publier ici que mes propres photos, et je n'ai pas toujours de quoi illustrer chacun des articles que je publie. Donc parfois c'est imagé, parfois non.

Néanmoins, tu auras certainement remarqué qu'il y a de quoi s'évader, en montagne surtout, dans les étoiles, un peu, de quoi se poser des questions sur la société et le monde qui nous entoure, de quoi s'instruire, aussi peut-être, je l'espère en tout cas, et puis de quoi te donner des idées de lecture ou de films à voir, éventuellement, même si je conçois aisément que tu n'aies pas forcément les mêmes goûts que moi en la matière.

Bref, l'occasion t'es donnée, cher lecteur, ici, maintenant, de t'exprimer sur la question Ô combien fondamentale :

Pourquoi donc ne laisses-tu pas de commentaires par ici ?

Je m'en vais saisir quelques pistes, pour t'aider. Alors, serait-ce :
    1) Parce que tu aimes bien feuilleter les articles, mais qu'ils ne t'inspirent pas plus que ça ;
    2) Parce que tu n'oses pas, de peur de te faire incendier par quelque représaille de derrière les fagots ;
    3) Parce que tu n'as pas le temps, déjà que lire cette prose à rallonge, hein, bon ;
    4) Parce que tu viens me lire en catimini, et tu préféres rester incognito, des fois que je te mangerais si je savais... ;
    5) Autres... ?

Et n'hésite pas à te lâcher, à m'expliquer cette unilatéralité qui me laisse parfois perplexe...

Purée, même pour dire ça, j'ai réussi à en mettre une tartine... Indécrottable...

Publié dans grandes questions

Commenter cet article

merens 10/07/2007 18:48

un tel besoin d'écriture et ensuite un tel besoin de reconnaissance (parce que répondre, c'est reconnaitre l'auteur).. les blogeurs devraient écrire moins et parler plus dans la vraie vie !!
je trouve ça triste d'avoir à lire les blogs de mes amis pour apprendre des choses sur leur vie ou leur dernier week-end.. je préférerai une belle soirée à se raconter tout ça...
du coup, je lis rarement les blogs... a qq exeptions près !

Guillaume 18/07/2007 11:56

Ecrire est une passion, et tant qu'a ecrire autant etre lu ! La reconnaissance de l'ecrivain blogueur se fait par la frequentation et les commentaires, celle de l'ecrivain-tout-court se fait par la vente des ses bouquins et le courrier des lecteurs. Bloguer ou ecrire des livres, c'est du pareil au meme, avec les affres editoriales en moins dans le premier cas, ainsi qu'une interaction eventuellement plus immediate avec les lecteurs. Et non, ce n'est pas triste de lire un recit plutot que de l'ecouter ! C'est seulement different ! Un week-end ne sera pas raconte pareil de vive voix ou par ecrit. Enfin, en ce qui me concerne en tout cas. Il y a des gens plus doues pour raconter leurs periples oralement, d'autres prefereront ecrire. Je me place dans la deuxieme categorie, cerveau lent oblige, peut-etre ! Je ne vois pas ce que cela a de triste ! Desole de ne pas etre un conteur-ne...

Claire 04/07/2007 10:46

que d'imagination.... Que d'effets secondaires pour un si petit com. Une proche même pas....

Guillaume 04/07/2007 10:57

Et oui, que veux-tu, c'est ca l'effet Papillon !

Pelic 27/06/2007 00:19

Je pense que Phaetel a tout compris et que Thao va être comblé :Claire kiffe trop Guillaume:-D

Phaetel 26/06/2007 17:14

Le commentaire n° 11  est sans aucun doute le plus poétique de tous.
"souvent je passe. Bisous"
Je le trouve génial. L'auteur (Claire) a saisi toute la detresse de l'auteur du post (pardon pour la fraicheur de la dénomination). Bien sur il est aisé d'imaginer que c'est une proche. Mais dans le cas contraire le minimalisme de la note témoigne de sous entendus particulièrement jouissifs.

Guillaume 26/06/2007 19:00

Exactement. Mais c'est pas mal, aussi, des fois, un brin de poesie !Quant a la detresse de l'auteur du post, elle est toute relative...

claire 26/06/2007 15:49

souvent je passe. Bisous