Électricité

Publié le par Guillaume

Enel, c'est l'EDF local. Ce matin je me dis que ca serait pas mal de faire une machine à laver. Ce que je fis. Jusqu'au moment où les plombs sautèrent. Ce n'est pas la première fois, mais c'est tout récent. L'aspirateur produit cet effet-là également. Je vais donc au compteur (tout neuf) remonter la manette, remets la machine en route, mais rebelotte cinq minutes plus tard. Bon, y'a comme un problème. Chercher le numéro de téléphone de Enel. Depuis qu'ils ont foutu ces nouveaux compteurs, je ne peux plus ni passer l'aspi, ni laver mon linge... J'épluche frénétiquement les pages jaunes, quedalle. Je me lance sur les pages blanches. Ouf, ça y est. J'appelle. Numéro avec boîtes vocales et choix multiples. J'en essaye un (« pannes »), et finis, au bout d'un temps démesuré par tomber sur un interlocuteur humain, auquel j'essaye tant bien que mal d'expliquer mon problème. Humain qui m'apprend sèchement que j'ai en fait un tout autre problème largement corrélé au précédent, un problème de facture. Faut que j'appelle un autre service. Mais pas moyen d'avoir un humain au bout du fil dans cet autre service. J'essaye tous les numéros du choix, et tous les choix disponibles dans chacun des choix (ces trucs récursifs, c'est d'un pénible !). Je finis par tomber sur un choix qui va me mettre en relation avec un humain. Dans moins de cinq minutes me précise la douce voix mécanique. Bon, j'attends. Et je ne raccroche pas pour ne pas perdre mon rang dans la queue, comme me le rappelle gentiment la voix mécanique toutes les dix secondes. Enfin ! Un homme au bout du fil. Je lui explique mon problème. Je suis dans la case « questions relatives aux nouveaux compteurs ». Et le monsieur de m'expliquer patiemment que mon problème vient en fait du fait que j'ai deux factures impayées sur le feu, qu'ils ont donc réduit ma puissance disponible, ce qui explique cela. Que je ferais bien d'aller payer illico ces factures que je n'ai pas vu passées, parce que sinon ils vont non seulement me couper le courant, mais aussi résilier mon contrat, ce qui augmenterait le bordel et donc l'entropie autour de ma petite vie d'un facteur exponentiel. Déjà que. Le monsieur est super gentil avec moi (comme quoi, il y en a...), et m'explique ce que je dois faire. Il me donne le montant des factures que je dois payer. Je file à la poste. Je paye. Je file au labo. Je faxe le reçu à Enel pour qu'ils évitent de me couper le courant (que ferais-je sans électricité...).

Je sais très bien pourquoi je n'ai pas reçu ces factures. C'est parce que le compte Enel est au nom de mon prédécesseur dans l'appart. Au départ je ne le savais pas. Mais en avril dernier, j'ai eu droit à une coupure de courant, après l'énervement initial (c'était le soir, donc la nuit), j'ai découvert l'avis de coupure de la part d'Enel, pour cause de facture impayée... Dubitatif, le lendemain, j'ai couru voir mon agence, et le monsieur (qui est super sympa et a toujours réponse à tout) m'a tout expliqué en détail... C'est pour ne pas repayé un abonnement hors de prix que tout a été fait comme ça lors de mon arrivée dans la place. Sauf que je ne m'en étais jamais aperçu ! Entre les factures pour l'eau, le gaz, les poubelles, le téléphone, je n'avais même pas réalisé que je ne payais pas l'électricité. C'est beau la naïveté, quand même. Le monsieur de l'agence m'avait alors suggéré de mettre le nom de mon prédécesseur sur ma boîte aux lettres, afin qu'à l'avenir je récupère les factures Enel (au lieu de me suggérer de faire le changement de nom sur le contrat et de payer pour ce faire : ces italiens, quand même, ils sont impayables !). Mais à raison de moins d'une facture par an (la facture impayée d'avril datait de janvier dernier soit plus d'un an après mon entrée dans les lieux), je me suis dit que j'avais le temps pour ce faire. Sauf que non. C'est beau la naïveté. J'ai quand même mis son nom sur ma boîte avant de partir en vacances, fin juillet. Enfin. Pour découvrir ce problème à mon retour : deux factures impayées... Quel con !

Bon, j'espère qu'ils ont reçu mon reçu et qu'il vont me remettre un peu de puissance. Si je pouvais faire tourner une machine à laver, ce serait cool. Encore, l'aspi, je peux m'en passer, y'a le balai, mais laver les fringues à la main, pffff... Vive le progrès !

Publié dans italie

Commenter cet article

nico 25/08/2005 19:34

ciao! ciao!
il tuo sito è molto molto bene?

vieni sull' il mio!

Guillaume 24/08/2005 17:48

Alors qu'ai-je fais ? Bah a defaut d'aller respirer l'air pur dans le Karakorum, ben je suis alle respire celui des Alpes.

Bon, c'est vrai que je rale, je rale, mais c'est le revers de la medaille quand on est trop naif dans ce monde de brutes !

Et puis ben si je ne ralais pas, qu'est-ce que je pourrais bien raconter par ici, hein, je vous le demande, moi... M'enfin...

Je rale, je rale, mais la vie est belle et c'est tant mieux. Na.

Guillaume

menthol 23/08/2005 22:24

te revoilà enfin, mais alors qu'à tu fais finalement ?
j'espère que tu es plus en forme que reprendre pour ràààler...alors ?

civetta 23/08/2005 14:32

bella, sta storia... edificante.. non ho parole!